Association des Tremblay d'Amérique
 
 
 
 
Association des Tremblay d'Amérique

NOTRE ASSOCIATION, une naissance… « académique »

Un titre bien curieux vous direz, mais c’est bel et bien dans un milieu d’éducation que furent jetées les bases de notre association de famille. En effet, un certain 21 juin 1975, la Commission scolaire de Charlevoix procède en grandes pompes à l’inauguration de la Polyvalente Saint-Aubin de Baie-Saint-Paul devenue, depuis le 1er décembre 1998, le Centre éducatif Saint-Aubin.

 

À cette occasion, il se trouve trois Tremblay qui occupent des tâches bien précises lors de la cérémonie inaugurale. Inopinément, ils ne se doutaient pas qu’ils allaient donner naissance à l’Association des Tremblay d’Amérique. Il y a d’abord Robert, de Clermont, qui agit à titre de président de la Commission scolaire régionale, Jean-Marie, de La Malbaie mais natif de Les Éboulements, qui se trouve directeur-général de la Commission scolaire, puis l’abbé Jean-Paul, de Québec et natif de Baie-Saint-Paul, qui agit à titre de conférencier en tant qu’historien régional. Ce dernier doit entretenir l’assistance sur le nom qui a été donné à l’école, soit Saint-Aubin, laquelle se trouve justement sur les terres qui furent reprises par notre ancêtre Pierre Tremblay à la demande de Mgr de Laval.

 

Lors des palabres qui suivirent les cérémonies officielles, nos trois Tremblay se retrouvèrent sans raison particulière comme cela arrive dans toute mondanité, à discuter de tout et de rien. Cependant, il se trouve que l’abbé Jean-Paul Tremblay vient tout juste de compléter et de publier aux Éditions Garneau le premier tome de La Tremblaye millénaire, véritable « bible » des Tremblay. Il n’en fallait pas plus pour que le propos s’articule autour de cette publication et que l’on évoque la formation d’une association de famille. Ce colossal ouvrage qui connaîtra un deuxième volume en 1978 est vraisemblablement une des études les plus poussée pour une famille québécoise, puisqu’elle permet de remonter, comme son titre l’indique, à plus d’un millénaire dans l’histoire, soit jusqu’à un ancêtre présumé, un certain Gauthier d’Aspres (à l'époque désigné par le nom du fief). Il se trouve en outre que les années soixante-dix furent une période particulièrement effervescente alors qu’un intérêt collectif se développe autour de la généalogie et de la création de nombreuses associations de familles. C’est donc dans une conjoncture particulièrement aidante que l’A.T.A. a connu ses premiers balbutiements.

 

Dans les mois qui suivirent, Paul-Émile Tremblay, un notaire de La Malbaie, est invité à joindre le trio original et c’est ainsi que pendant les trois années qui suivent, ils se retrouvent sur une base plus ou moins régulière afin d’échanger et donner une certaine orientation à l’organisme qui n’a pas encore de statut juridique. En fait, quel est le mandat d’une telle association ? Quels sont ses buts ? Comment ça fonctionne ? Ce sont là autant de questions auxquelles il faut trouver des réponses et elles viennent très rapidement. Une association de famille se doit de parler de généalogie, d’un magazine de liaison, de patrimoine bâti notamment la maison natale de notre ancêtre à Randonnai en France, d’établissement en Nouvelle-France, de rassemblements annuels, de voyages-pèlerinages, bref, tout ce qui est de nature à constituer un élément rassembleur pour les descendantes et descendants de Pierre Tremblay et Ozanne Achon.

 

L’ultime étape avant de se lancer dans l’aventure était l’obtention d’une Charte provinciale, ce qui fut chose faite le 3 mai 1978. Dès lors, une liste de règlements permet de régir les activités et donner les balises nécessaires pour un meilleur fonctionnement et l’on commence le recrutement de membres par l’envoi en nombre de près de 1000 lettres à des Tremblay de partout au Québec, les priant de se joindre à l’association de la plus grande famille du Canada issue d’un ancêtre unique.

 

Toutefois, dans l’ombre de cette démarche, se profilait une cinquième personne recrutée par l’abbé Jean-Paul et qui depuis un certain temps déjà participait, mais de façon non officielle aux destinées de l’A.T.A.  En  effet, Rosaire, le signataire de ce billet, était informé par l’abbé Jean-Paul des moindres développements dans ce dossier. C’est ainsi que le quatuor devint un quintet lors de la conférence de presse annonçant la création de l’Association des Tremblay d’Amérique le lundi 18 juin 1978. Il y a donc trente ans, les destinées de l’A.T.A. furent confiées à l’abbé Jean-Paul #2, président d’office, Jean-Marie #3, 1er vice-président, Robert #1, 2ème vice-président, Paul-Émile #4, secrétaire-général,  et Rosaire #5, secrétaire-adjoint, lequel s’acquitte de la rédaction des premiers numéros de notre organe de liaison « La Tremblaie ».

 

La première tentative pourvoyant à réunir les Tremblay appartient à Mgr. Victor Tremblay fondateur de la Société historique du Saguenay. En effet, en 1957, à l’occasion du tricentenaire du mariage de nos ancêtres Pierre et Ozanne, le Ralliement des Tremblay organise diverses activités au Saguenay, à Sainte-Anne de Beaupré et à Montréal. Ce premier organisme  ne connait pas de suivi significatif.

 

De l’Association des Tremblay d’Amérique, nait en 1988, l’Association des Tremblay de France qui rejoint ses membres grâce à un bulletin de liaison connu sous le titre Tremblay infos. En octobre 2008, l’association française signale son vingtième anniversaire par l’installation d’une stèle commémorative à Randonnai au Perche, village natal de l’ancêtre Pierre.

 

Retracer les décennies d’une association de famille qui n’a eu de cesse, ce n’est pas ce qui a de plus simple, mais nous avons tenté de vous en  proposer un  résumé; histoire de ne pas trop redoubler les propos, je me contenterai ici de vous fournir certaines données que j’appellerai « Panorama de l’A.T.A.»

 

Le siège social fut d’abord installé dans les bureaux du notaire Paul-Émile entre la fondation en 1978 et 1982, puis passa vers la métropole chez Jeannine de 1982 à 1984 et s’installe jusqu’à ce jour à Québec, plaque tournante géographique de toutes les régions du Québec. Depuis la fondation de l’association, huit personnes ont assuré la présidence, ce sont: l’abbé Jean-Paul de 1978 à 1982; Jeannine de 1982 à 1984; Noël de 1984 à 1992; Jean-Marie de 1992 à 1995; Louise de 1995 à 2000; Gualbert de 2000 à 2002; Maurice de 2002 à 2007 et Pierre de 2007 à aujourd’hui.

 

Le 8 septembre 1986, l’A.T.A. se porte acquéreur de la maison se trouvant sur le lot du premier établissement de notre ancêtre, au 6731 av. Royale à l’Ange-Gardien. Signalons que quelques années auparavant, le monument rappelant l’acte de concession à Pierre Tremblay qui avait été érigé en bordure du boulevard Sainte-Anne est déplacé sur le site de la maison.  Ce monument avait été installé en 1957 par le Ralliement des Tremblay, lors des fêtes du 300è du mariage de Pierre et d’Ozanne. En 2000, la maison est vendue à un Tremblay et le monument demeure sur place.

 

 

À l’occasion du 20è anniversaire, un monument est dévoilé à Baie-Saint-Paul le 20 juin 1998. Il se veut un hommage aux fondateurs et apporte des explications héraldiques sur le blason des Tremblay. Depuis ce temps, les fondateurs nous ont quitté dans l’ordre suivant: l’abbé Jean-Paul le 25 avril 1999; Robert 4 mars 2001; Paul-Émile 24 avril 2005 et Jean-Marie 1 novembre 2007. Cinq ans plus tard, le 21 juin 2003, à l’occasion du 25è de l’A.T.A., notre monument est augmenté d’une deuxième plaque de bronze qui fait état de la descendance de nos ancêtres. En juin 2008, lors du trentième anniversaire souligné « Sous le signe d’Ozanne », une sculpture en pierre représentant Ozanne Achon, le regard fier voyant loin vers l'avenir, vient compléter le mémorial des Tremblay d'Amérique. Comme les plaques de bronze rappellent l’histoire de notre association ainsi que la descendance du couple-ancêtre, l'artiste-sculpteur Martin Brisson, dans sa libre représentation, symbolise Ozanne enlaçant tout le monument afin d’évoquer qu’elle porte en ses bras toute sa progéniture.

 

Au cours des dernières années, il s’impose de signaler la modification de nos statuts et règlements. À l’été 2001, notre association a déposé son fonds d’archives au Centre d’archives régional de Charlevoix à Baie-Saint-Paul pour une meilleure conservation et interprétation. Ce dépôt a été rendu officiel le 28 mars 2002 par le président de l’époque Gualbert 3351mav. Dans le prolongement des recherches entreprises il y a plusieurs années par André, lesquelles furent poursuivies par Méüde, notre généalogiste agréée Sylvie secondée de Raymond-Marie nous ont offert en 2003 le colossal ouvrage, en trois volumes, connu sous le nom de  Répertoire des mariages Tremblay.

 

En septembre 2007, l’armorial des Tremblay fut enregistré auprès de l’Autorité Héraldique du Canada avec toutefois une légère nuance apportée à la description héraldique pour ce qui est de la branche maternelle d’Ozanne Achon.

 

Rosaire Tremblay 5-mav
Administrateur de l'A.T.A. - Historien