Chroniques de nos familles
par Renée Desautels.



Histoires de familles : les Trudeau


Étienne Truteau ou Trudeau
, quatrième des sept fils de François, maître maçon, et de Catherine Matinier, est l’unique ancêtre de tous les Trudeau ou Truteau d’Amérique du Nord. Il est baptisé à La Rochelle le 15 septembre 1641. Il devient maître charpentier de gros oeuvres et, à 18 ans, signe, devant Jérôme Le Royer, son engagement « pour faire cinq ans de service militaire dans la Nouvelle-France ». C’est sur le navire Saint-André, en compagnie de Marguerite Bourgeoys, de Jeanne Mance et d’une centaine de colons, la « recrue de 1659 », qu’il quitte La Rochelle et atteint Québec. Arrivé à Montréal le 29 septembre 1659, il se met au service des Sulpiciens comme charpentier dans la concession Sainte-Marie. Le 6 mai 1662, les Iroquois attaquent la concession. C’est « le Sieur Truteau, d’une grande taille, très fort, et d’un courage à toute épreuve » qui parvient à stimuler et à organiser la défense du chemin Sainte-Marie qui forme l’angle actuel des rues Lagauchetière et Saint-André, à Montréal. Une plaque de marbre au coin nord-ouest de ces dites rues commémore cet acte de bravoure. En 1663, Étienne appartient à la sixième escouade de la brigade de la Sainte-Famille, sous le commandement du caporal Gilbert Barbier. Le 10 janvier 1667, il épouse Adrienne Barbier, 14 ans, fille de Gilbert et de Catherine Delavau. Ils ont une fille, Marie, et 13 garçons qui, presque tous, fondent un foyer et se multiplient dans la région de Montréal. Étienne, homme actif et dynamique, obtient de nombreux contrats comme charpentier et achète également de nombreuses terres qu’il exploite ou fait exploiter à profit et plusieurs habitations aussi bien à Longueuil qu’à Montréal dont deux maisons sur la rue Saint-Paul. Vers la fin de sa vie, devenu presque sourd, il se retire en confiant, par bail, sa ferme de Longueuil à son fils Charles. Il s’éteint à Montréal le 22 juillet 1712.

Charles Trudeau, marié à Marie-Madeleine Loisel, est responsable de la branche julievilloise. Son arrière-petit-fils, Joseph Trudeau, époux de Marie-Madeleine Neville (Lavigne), et deux fils de ce dernier, Marcel Trudeau uni à Lucie Daigneault Richard et Charles Trudeau, conjoint de Zoé Langevin, font partie des « 77 signataires » et des 33 Trudeau établis à Sainte-Julie en 1851. Jules Trudeau, fils du couple Charles-Zoé et mari de Zéphirine Mongeau, est maire de la ville de 1910 à 1912. Douze autres Trudeau sont conseillers et six, marguilliers, entre 1861 et 1968.

Narcisse Trudeau, un autre fils du couple Charles-Zoé, établi à Sainte-Julie, s’unit à Élise Fontaine-Bienvenu le 14 octobre 1861 à Repentigny. L’un de ses fils, Thaddée Trudeau, vivant à Varennes, épouse Rose-de-Lima (Rose-Délima ou Délima) Favreau le 25 septembre 1900 à Sainte-Julie. Hélas! Peu de temps après le mariage, Thaddée se noie dans le Saint-Laurent. La jeune veuve se remarie au frère de Thaddée, Marc Trudeau, le 7 janvier 1904 à Varennes, et vient habiter à Sainte-Julie avec sa petite fille. Le couple a cinq garçons (Laurent, Mathieu, Paul-Émile, Jean-Marie, Hervé) et deux filles, Marie-Reine et Juliette qui prennent le voile chez les religieuses de l’Immaculée-Conception. Après le décès de son épouse, Marc convole de nouveau, le 6 décembre 1919 à Montréal, cette fois avec Anna Fournier dont il a au moins Marie, Denise, François, Denis, Henri, Léopold et Richmond.

Jean-Guy Trudeau, époux de Blanche Savaria, exportateur d’animaux de race avec ses fils Guy et Pierre, descend aussi du couple Charles-Zoé, mais par un troisième fils, Louis Trudeau, mari de Louise Lussier, dont il est un arrière-petit-fils.

En 2001, environ une soixantaine de Trudeau vivent à Sainte-Julie. Cependant, ils ne sont pas tous de la branche de Charles. Ainsi, André Trudeau, marié à Monique Plante et propriétaire du Provigo, et Monique Trudeau, épouse de Julien Pepin, descendent de Pierre Trudeau, fils de l’ancêtre Étienne et conjoint de Marie-Charlotte Ménard.

Renée Desautels, généalogiste

Nos Ancêtres, Volume 1 Gérard Lebel, C.Ss.R., Sainte-Anne-de-Beaupré 1993.
Nos racines, Numéro 78, Collection Jeunesse.
Dictionnaire biographique des ancêtres québécois, Tome 4, Michel Langlois, Mitan.

 

Familles suivantes:  Les Veronneau

Retour au menu des Chroniques