Chroniques de nos familles
par Renée Desautels.

 


Histoires de familles : les Roy


Il n'est pas rare aujourd'hui de rencontrer sur la rue un « Roy »,  surtout   au Québec et plus particulièrement  à Sainte-Julie où les 173 (environ) porteurs julievillois de ce patronyme sont les deuxièmes plus nombreux, juste après les Tremblay.

Savez-vous que, de 1653 à 1726 environ, trente-sept (37) Français d'origines diverses et se nommant Roy ou Leroy ont quitté la « doulce France »  pour venir s'établir  sur les rives de notre grand fleuve ?  Treize de ces pionniers n'ont laissé aucune postérité connue tandis que les descendants des vingt-quatre (24) autres peuvent s'appeler, outre Roy et Leroy,  Deroy, Ody ou Audy, Desjardins, Châtellerault,  Lapensée, Chouigny, Poitevin  ou Potvin, Léveillé,  Saint-Louis, Lausier, Lauzon, Losier, Laraway, Voisine. Plusieurs se sont installés dans la région de Québec, d'autres sur l'Île d'Orléans, d'autres  sur la côte sud, d'autres à Montréal et les environs, d'autres à La Pérade et enfin, à Batiscan, Antoine Roy dit Desjardins. 

En 1851, le recensement enregistre la présence de deux « Roy »   à Sainte-Julie.  Flavie Roy,  33 ans, est l'épouse de Joseph Fugère. Le couple a une petite fille de deux ans, Laure Fugère. La maisonnée abrite aussi le père de Flavie, Jacques Roy, un veuf de 62 ans. Pas de descendants Roy de ce côté-là. « Roy »   n'est donc pas un patronyme de famille souche julievilloise.

Les recensements ultérieurs jusqu'à 1891 inclusivement  ne comptent aucun Roy dans Sainte-Julie. Par contre, si nous consultons les registres de mariages de la paroisse, sous le patronyme Roy-Desjardins, nous trouvons que Marcel Roy, qui n'est pas julievillois,  y a épousé Huguette Diorio en 1957.  Cependant, le couple n'a pas vécu à Sainte-Julie après son mariage. Nous lisons aussi que deux sœurs, Joséphine et Rose-Anna, filles de François-Xavier Roy-Desjardins et de Mélina Hébert, marient en 1893, respectivement Aimé Gemme et Joseph Petit. Leurs descendants seront donc des Gemme et des Petit et non des Roy. Mais ces deux jeunes filles sont-elles vraiment des Roy dit Desjardins ? Déjà, dans le répertoire de mariages de Varennes, l'on constate que leur père François-Xavier s'est marié sous le seul patronyme Desjardins. Et si l'on remonte jusqu'à l'ancêtre,  on doit reconnaître que ce dernier, originaire de Normandie, est Pierre Desjardins, fils de Jean et de Marie Clermont, époux en première noce de Marie-Madeleine Richard et, en seconde noce, d'Anne Brien. On peut donc être Desjardins sans descendre d'un Roy !

Encore dans le répertoire de mariages de Sainte-Julie, sous le patronyme Desjardins-Roy, on dénombre les mariages des enfants et petits-enfants du couple Céleste Decelle et Joseph Desjardins-Roy,  de ceux d'Angèle Jodoin et Louis Desjardins-Roy et de ceux de Domitilde Beauchemin-Petit et de Louis Desjardins-Roy. Qu'en est-il de tous ces Desjardins-Roy ?  Eh bien ! ils partagent tous le même couple ancestral, Anne Brien et Pierre Desjardins dont on a déjà parlé. Ce sont des Desjardins et le patronyme Roy ne peut leur être accolé.

Vous toutes et vous tous, nombreux « Roy »   qui habitez  présentement Sainte-Julie, savez-vous lequel des 24 ancêtres Roy est le vôtre ? 

Renée Desautels, généalogiste

 

Familles suivantes:  Les Savaria

Retour au menu des Chroniques