Chroniques de nos familles
par Renée Desautels.

 


Histoires de familles : les Lussier


Environ en 1646, dans la paroisse Saint-Eustache à Paris, Jacques Lussier (Lhuissier) et Marguerite Darmine mettent au monde un fils, Jacques. Ce dernier, vers l'âge de 20 ans, quitte son pays pour tenter l'aventure en Nouvelle-France. Il se marie à Québec avec une Parisienne, Charlotte de Lamarche; la date du contrat chez le notaire Becquet est le 22 septembre 1669. Le couple s'installe à Boucherville; une fille, Marie, naît en février 1671 et sa mère, hélas ! meurt en couches. Six mois après le décès de sa femme, Jacques Lussier retourne à Québec où il épouse en seconde noce, Catherine Clérice, Parisienne elle aussi. Le nouveau couple revient à Varennes par le fleuve pour habiter la maison que Jacques avait fait construire en 1670 sur les terres de René Gaultier de Varennes, qui en deviendra seigneur le 29 octobre 1672.

Le couple Jacques et Catherine ont ensemble 12 enfants dont quatre fils, Christophe, Pierre, Jacques et Isaac, qui assureront toute la descendance Lussier, Lussyé, Lucier, Lhuissier d'Amérique du nord. Ce sont Christophe et Jacques qui nous intéressent principalement. 

Depuis le début de la colonie, le territoire occupé par Varennes était composé de cinq seigneuries dont quelques-uns des seigneurs avaient été des Gauthier. Avec le temps et la multiplication des héritiers, les seigneuries étaient morcelées et avaient changé plusieurs fois de main. En février 1796, Paul Lussier, époux d'Apolline Huet, achète plusieurs terres et commence la réunification de Varennes. Il devient un seigneur de Varennes, grand propriétaire terrien, à qui appartenait une partie de ce qui deviendra Sainte-Julie. Plus tard, son fils Félix sera seigneur, puis son petit-fils Hector. 

Les 44 Lussier, pionniers de Sainte-Julie en 1851, descendent des couples Jacques-Marie Senécal, Christophe-Marie-Reine Desmarais et Louis-Madeleine Langevin. Quelques-unes de leurs lignées seront présentées dans le livre du 150e. De nos jours, plus de 78 Lussier participent à la vie julievilloise. Ils ont conservé le même dynamisme que leurs ancêtres : plusieurs contribuent à l'économie par leur commerce dans le camionnage, les pièces d'autos, l'acier, etc., d'autres par leur culture céréalière et leur érablière fonctionnant selon la dernière technologie.

Renée Desautels,  généalogiste

 



 

Familles suivantes:  Les Pépin

Retour au menu des Chroniques