Chroniques de nos familles
par Renée Desautels.

 


Histoires de familles : les Gauthier


Dès sa fondation, notre ville est reliée au patronyme Gauthier puisqu'elle tient son nom de dame Julie Gauthier dit Saint-Germain, épouse de Pierre-Eustache Lussier, fils du seigneur de Varennes. Cependant, notre donatrice n'a pas vécu à Sainte-Julie bien qu'elle ait demandé à y être enterrée.

Mais, en 1851, y habitaient déjà vingt-quatre Gauthier, tous descendants du même ancêtre que dame Julie, soit de Germain Gauthier dit Saint-Germain, fils de tisserand et originaire du pays de Bray, archevêché de Rouen en Normandie. Germain arrive en sol québécois le 13 septembre 1665 comme soldat de la compagnie du sieur de Saint-Ours au régiment de Carignan-Salière. En 1668, lorsque les troupes sont licenciées, il reste au pays et achète plusieurs terres aux alentours de Sorel et de Repentigny. Il épouse Jeanne Beauchamp à Pointe-aux-Trembles le 19 juillet 1677.  Le couple engendre onze enfants dont cinq garçons auront une descendance. Le 15 mai 1707, leur fils Pierre épouse en premières noces Marie Anne Tessier qui lui donne dix enfants dont Paul Joseph. Ce dernier se marie à Boucherville le 3 novembre 1744 à Josephte Pepin. C'est à Beloeil que, le 10 janvier 1780, Joseph Gauthier (junior) s'unit à Madeleine Marguerite Daunais. De ce couple naît le « fameux » Antoine Gauthier.

En effet, cet Antoine Gauthier (car il y en aura plusieurs autres !), établi à Sainte-Julie, n'aura pas moins de cinq épouses. Avec la première, Marie Bousquet de Boucherville, il a Antoine-Narcisse dont nous reparlerons.  Catherine Lussier, sa deuxième femme, lui donne cinq fils qui se marient et vivent à Sainte-Julie. Cependant, il n'a pas d'enfants avec ses trois autres épouses, Marie Marcille, Charlotte Dubois et Charlotte Roch, toutes de Varennes.

D'Antoine-Narcisse et de sa première femme, Éloïse Jodoin, naissent Antoine, futur forgeron et mari d'Éloïse Brunelle, Joseph Napoléon, ancêtre de monsieur Ernest Gauthier, Louis, Cléophas et Ferdinand. Avec sa seconde épouse, Josette Richard, il a Joseph, Emery et Narcisse, ecclésiastique. Antoine-Narcisse est maire de 1864 à 1869 et marguillier de 1875 à 1878. Plusieurs autres Gauthier seront conseillers : Joseph, Antoine, Joseph, Édouard, René (qui sera aussi maire, moins d'un an), Jean-Louis et Jean. Seront marguilliers Jean-Louis, Ferdinand, Ernest et Georges.

Au recensement de 1881, apparaît Euclide Gauthier. Selon toute vraisemblance, il épouse Émélie Delpé le 5 février 1883 à Sainte-Julie. Lorsque l'on remonte sa lignée, on arrive à un autre ancêtre, Mathurin Gauthier dit Landreville, issu de l'évêché de Nantes, Bretagne. Vers 1671, Mathurin épouse Nicole Philippeau et s'établit à l'Île Sainte-Thérèse. Ils mettent au monde dix-sept enfants. Les Gauthier d'origine julievilloise proviennent donc d'au moins deux souches différentes de Gauthier. Et ce n'est pas étonnant quand on sait que sont venus en Nouvelle-France vingt et un (21) ancêtres portant le patronyme Gauthier, qui ont eu une postérité.

En l'an 2000, Sainte-Julie compte plus de 149 Gauthier dont plusieurs ne sont pas de souche julievilloise. De quels ancêtres sont-ils issus ?

Renée Desautels,  généalogiste

 

Familles suivantes:  Les Lamoureux

Retour au menu des Chroniques