Chroniques de nos familles
par Renée Desautels



Histoires de familles : les Blain


Déjà au moins une famille Blain a réservé ses pages dans le livre du 150e, et elle a bien raison ! En effet, son histoire à Sainte-Julie remonte jusqu'à 1851 alors qu'y vivaient déjà huit familles Blain ainsi que neuf familles dont chaque épouse était une Blain. Ces huit familles comptaient ensemble quarante enfants dont vingt et un garçons et il y avait également un jeune journalier de quinze ans, Amédée, qui se mariera en 1855. Ces 59 Blain composaient la famille souche la plus nombreuse à l'époque et aujourd'hui, c'est la deuxième avec plus de 92 représentants.

S'il y a quelques Blain fraîchement arrivés à Sainte-Julie, ce sont des petits petits cousins des Blain natifs d'ici car ils partagent tous un ancêtre commun, François Abelin (Blin), fils de Mathurin et de Suzanne Courelle, de l'évêché de Saintes. François arrive en Nouvelle-France vers 1665 et est confirmé, en 1668, à Chambly où il s'établit sur une terre et devient cultivateur : il suit ainsi les traces de son père qui était laboureur. En 1681, il se marie à Contrecoeur, à Jeanne Barbier, fille de Guillaume et de Liesse Wilbert, originaire de Champagne. Le couple a quatre enfants dont deux garçons qui auront une postérité, Louis et Pierre. Devenu veuf, François confie ses enfants et part à l'aventure dans l'Ouest pour y faire fortune. Il accompagne Nicolas Perrot dans son expédition américaine et participe à la prise de possession du Wisconsin. Revenu à Montréal en novembre 1698, il s'installe sur une terre de soixante arpents située à la Grande Anse. Il y meurt en 1708 et est enterré à Lachine le 24 octobre.

Louis, habitant lui aussi, épouse, en avril 1709, Marguerite Mineau ou Lumina, de Rivière-Ouelle où il s'installe. La famille, qui s'enrichit au fil des années de plus de dix enfants, vit ensuite à Cap-Saint-Ignace, puis à L'Islet, à La Pocatière et enfin à Boucherville.  Leur fils Louis et son épouse, Josephte Petit, donnent naissance à Armand. C'est ce dernier, marié à Marie-Reine Albert, qui est le père des quatre garçons dont sont issus tous les Blain de Sainte-Julie, soit Armand marié à Catherine Martin, François-Xavier mari de Théotiste Petit, Louis marié à Louise Lafontaine et enfin, Antoine, époux de Marie Dozois. 

Les Blain de Sainte-Julie ont continué la tradition de leurs ancêtres en étant, pour la plupart, des cultivateurs. Ils nous ont fourni également forgerons, institutrices, musiciens et musiciennes et plusieurs chanteurs pour la chorale de l'église. Pendant quarante-trois ans, madame Berthilde Blain-Malo a été organiste à la paroisse. Chaque famille Blain de Sainte-Julie a donc beaucoup à raconter.

Renée Desautels,  généalogiste

 

Familles suivantes:  Les Bouchard

Retour au menu des Chroniques